Bâtiment Max Weber, bureaux en bois

Bâtiment Max Weber, bureaux en bois, Université Paris Nanterre

1er PRIX TROPHEES BOIS ILE-DE-FRANCE 2016
dans la catégorie bâtiments publics, équipements et bâtiments tertiaires, équipements divers

1er PRIX BAS CARBONE DES GREEN BUILDING AWARDS FRANCE

> dossier de presse

> fiche « Action remarquable » ARENE IDF

Le bâtiment de laboratoire en sciences humaines et sociales présente au premier abord une architecture retenue marquée par une volumétrie simple, légèrement découpée et recouvert d’un bardage en aluminium. Son caractère atypique se manifeste pourtant depuis l’extérieur ; de généreuses ouvertures régulièrement disposées laissent en effet deviner une structure rigoureuse ainsi que la forte présence du bois dans les espaces intérieurs, tandis que les larges cheminées présentes en toitures sont le signe d’un dispositif de ventilation singulier et innovant.

Le bâtiment est entièrement conçu avec une structure en bois. Visible au niveau des poteaux et de la dalle du plafond massif, la forte présence du bois à l’intérieur du bâtiment offre aux espaces de travail une ambiance chaleureuse atypique. Les sols en béton brut apportent au bâtiment une inertie thermique favorable à un bon confort d’été dans les locaux. Les matériaux mis en œuvre sont utilisés là où ils sont le plus adaptés et ils apparaissent tel quels dans leur matérialité brute et dans la vérité de leurs assemblages.

L’architecture du bâtiment a été conçue de façon à offrir une flexibilité et une évolutivité maximum, et à pouvoir s’adapter aux transformations qui sont susceptibles de survenir dans l’organisation des laboratoires, et de se prêter à plus long terme à un éventuel changement de destination, sans qu’il soit nécessaire d’effectuer de lourds travaux qui mettraient en péril l’identité architecturale d’origine.

Cette souplesse est rendue possible par d’une organisation spatiale spécifique de la structure et des différents réseaux. Celle-ci se manifeste notamment à travers les panneaux en bois massifs des plafonds qui s’interrompent régulièrement de façon à ménager des cavités pour les différents réseaux électriques et de ventilation.

Si le bâtiment possède une enveloppe de type passive, son système de ventilation est quant à lui très différent. Le projet comporte en effet un dispositif de ventilation naturelle assistée et contrôlé qui permet d’éviter les consommations de ventilation mécanique doubles flux que l’on retrouve dans les bâtiments passifs. Des réseaux verticaux largement dimensionnés et de hautes cheminées de ventilation réalisées en chaudronnerie permettent de répondre à cet objectif.

The human and social sciences laboratory building initially gives the impression of a sober architectural design characterized by simple, slightly jagged forms covered with aluminum cladding. Nevertheless, its atypical style is evident from the outside with its uniformly spaced, generous openings giving us a glimpse of a rigorous structure as well as considerable amounts of wood used in the interior areas, while large chimneys in the roof indicate an unusual and innovative ventilation design.

The building is completely designed as a wooden structure. Visible in beams and the massive ceiling planks, the strongly present wood structures inside the building give working areas an atypically warm atmosphere. Floors in raw concrete give the building positive thermal inertia that ensures comfortable interior temperatures in the summer. The materials used are placed in the best-adapted areas and are left in their raw state with structurally authentic assemblages.

The building’s architectural design provides maximum flexibility and scalability to adapt to future transformations in laboratory organization, and over the long-term to possible changes in the building’s use to avoid investing in major reconstruction work that might imperil the original architectural concept.

Such flexibility is made possible by a special spatial organization of the structure and its various networks. The structure can be perceived through the massive wood panels of the ceilings with frequent spaces left to create cavities for the various electrical and ventilation networks.

The building has a “passive”-type envelope, but its ventilation system is quite different. The project also includes a system of assisted and controlled natural ventilation that avoids the need for energy consumption from double-flow mechanical ventilations systems often found in passive buildings. Large vertical networks and high copper ventilation chimneys are designed to achieve this objective.